Mon deuxième cours : roule, ma poule !

Publié le par vero-vole

Après presque un mois d’attente, en raison d’une météo exécrable (était-ce un signe ? en tous cas, je n’ai pas craqué), j’ai enfin réussi à avoir mon second cours.

Ce matin, rendez-vous à 10h – j’ai quand même négocié d’avoir au mieux les cours le plus tard possible le matin, déjà parce que il commence à faire franchement froid (il faut compter 6° de moins à l’altitude où l’on va par rapport à la température du sol). Et aussi, parce que le week-end, se lever à 6h30, ce n’est pas tout à fait mon truc, enfin, pour l’instant …

A peine le temps de poser mon sac (et donc de prendre mes gants d’alpinistes que j'oublie), qu’il me faut faire la visite altimetrede pré-vol. Je cherche le piège, je finis par supposer que c’est le fait qu’il n’y ait que 20 litres de carburants.

Bien évidemment, je fais des erreurs, j’oublie de rattacher l’aile le temps de retourner aller chercher mes gants. La prochaine fois, je mettrai mes gants d’office dans mes poches.

Puis on démarre, je vérifie les actions vitales. Heureusement qu’elles existent, j’avais juste oublié d’attacher mon casque ! Je découvre alors les commandes, sur le tableau de bord : pression d’huile, compte tour, anémomètre, altimètre, compas etc ... C’est encore un peu confus, beaucoup de choses à retenir. Mais je sais qu’on y reviendra.

Puis roulage vers la piste, et là c’est moi qui dirige. J’ai moins de problème que la dernière fois, je suis moins tendue sur mes pédales, on a réglé non sans mal (il n’a jamais du être réglé si court) le « palonnier » à ma petite taille. Ce qui me gène le plus, c’est que j’ai les tendons courts et, comme en voiture, c’est toujours un aerodrome-eyguieres-large.JPGpeu complique de faire jouer la cheville sur talon/pointe. Il faudra peut-être que je m’échauffe avant les cours, comme au flamenco !

Après une légère attente dernière un autre avion, on finit par décoller. Pour me montrer que cette opératon ne nécessite aucune action sur l’aile, mon instructeur croise ses bras sur les miens.

On fait alors le tour du « terrain de jeu », c’est moi qui dirige. Encore un petit soucis pour retrouver sans le compas notre direction, il va falloir que je me repère plus rapidement (d’où la carte google map). Pierre me demande de suivre l’autoroute puis la nationale qui la longe pour nous amener pile poil sur un rond point. Peu fière, j’y arrive sans aucun problème.

Cette fois-ci 40 mn de vol, avec le roulage, c’est pas mal, mais çà passe trop vite. C’est fatiguant aussi, car je suis très concentrée pour chaque action, ce qui n’est pas toujours une évidence pour moi.

Heureusement, le prochain cours est dans 3 jours, puis ce sera un concentré dans une semaine, 2 cours en 2 jours ! Vais-je avoir le temps de retenir entre chaque cours ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

vero-vole 14/11/2011 06:55


Merci Satanas pour ces encouragements. C'est toujours un peu stressant quand on commence. J'ai eu la même chose en flamenco, et je l'ai chaque année, mais là, il n'est pas questions de sécurité
alors c'est plus simple. C'est quand même tellement nouveau, mais j'adore apprendre des choses nouvelles !


Satanas 13/11/2011 17:33


Je te l'avais ien dis que ça passe vite 30 ou 40 minutes, et qu'on a pas vraiment le temps d'avoir froid ! Bravo pour tes progrès, et rassure toi, chaque cours n'apporte pas son lot de nouvelles
connaissances à apprendre mais plutôt, consolider les acquis ;o)